You are here

Le président

Alpha Condé 

Alpha Condé Alpha Condé né le 4 Mars 1938 est un homme politique guinéen qui a été président de la Guinée depuis Décembre 2010. Il a passé des décennies dans l'opposition à une succession de régimes en Guinée, en cours d'exécution sans succès contre le président Lansana Conté dans les élections présidentielles de 1993 et ​​1998 et leader le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), un parti d'opposition. Debout à nouveau à l'élection présidentielle de 2010, Condé a été élu Président de la Guinée dans un second tour de scrutin. Quand il a pris ses fonctions que Décembre, il est devenu le premier président librement élu de l'histoire du pays. Condé a été réélu en 2015 avec près de 58% des voix.

Contexte et vie personnelle
Condé est né le 4 Mars 1938 à Boké en Basse Guinée. Ses parents étaient de Baro, une petite ville dans la préfecture de Kouroussa dans la région de Kankan de la Haute Guinée. Condé est marié à Djene Kaba Condé. Condé a un fils, Mohamed Alpha Condé.

Jeunesse
Condé part pour la France à l'âge de 15. Il a été actif en parallèle au sein du Syndicat national de l'enseignement supérieur (SNESUP) et cumule les fonctions de responsable au sein de l'Association des étudiants guinéens en France (AEGF), et au sein de la Fédération d'Afrique noire Les étudiants en France (FEANF), dans lequel il était le coordonnateur exécutif de groupes nationaux africains (GN) 1967-1975, la supervision des activités de la Direction de la FEANF.

Carrière politique
Condé a remporté 19,6% des voix dans la première élection présidentielle multipartite de la Guinée, tenue le 19 Décembre 1993. Lansana Conté, qui avait été président depuis une effusion de sang 1,984 coup d'Etat, a remporté cette élection avec 51,7% des voix. Les partisans de Condé ont dénoncé une fraude dans cette élection après que la Cour suprême a annulé les résultats dans les préfectures de Kankan et de Siguiri, où Condé avait reçu plus de 90% des voix. Lors de l'élection présidentielle de 1998, Condé courait encore et a reçu 16,6% des voix, se classant troisième derrière Conté (56,1%) et Mamadou Boye Bâ (24,6%). Le 16 Décembre, deux jours après le scrutin, Condé a été arrêté et accusé d'avoir tenté de quitter illégalement le pays; il a également été accusé d'avoir tenté de recruter des forces pour déstabiliser le gouvernement.

Controverse pendant sa détention visait à déterminer si il pourrait être représenté par des avocats étrangers ainsi que domestiques, et si avocats de la défense ont été étant donné accès complet à lui en prison. Le procès de Condé, initialement prévue pour commencer en Septembre 1999, n'a pas commencé avant Avril 2000. Condé, avec 47 co-accusés, a été chargé de l'embauche des mercenaires, la planification de l'assassinat du président Conté, et de bouleverser la sécurité de l'Etat. Avocats de la défense ont commencé en demandant au juge de libérer immédiatement leurs clients, puis quittez, en disant que, dans les circonstances, ils ne pouvaient pas correctement une défense. Le procès a donc été retardée à plusieurs reprises, au cours de laquelle Condé a refusé de parler à la cour, et ses co-accusés ont nié toutes les accusations. Le procès a finalement continué en Août, et à la mi-Septembre Condé a été condamné à la prison pour cinq ans.

Cependant, Condé a été libéré en mai 2001 où il a été gracié par le président Conté, avec la condition qu'il lui était interdit de se livrer à des activités politiques. Après sa libération, il a quitté la Guinée pour la France, de retour en Juillet 2005. À son retour, certains rapports ont indiqué qu'il avait l'intention d'organiser le RPG pour les élections municipales tenues à la fin de 2005, mais plus tard, a déclaré son intention de les boycotter.

Après la mort de Conté et le coup d'Etat militaire 23 Décembre 2008, Condé a rencontré Moussa Dadis Camara, le président du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), le 27 Décembre 2008. Après la réunion, Condé a déclaré que les membres de la junte du CNDD étaient «patriotes». Plus tard, cependant, il est opposé à la junte et a été critiqué par Camara.
Élection 2010
Condé était à nouveau à l'élection présidentielle Juin-Novembre 2010. Lors du premier tour, il a reçu 18% des voix, alors que Cellou Dalein Diallo a terminé première avec plus de 40%. Le 15 Novembre 2010 Condé a été déclaré vainqueur du second tour avec 52,5%. Il a prêté serment le 21 Décembre de 2010.

Le 17 Octobre 2015, Condé a été réélu pour un second mandat avec 57,85% des voix, remportant la majorité absolue au premier tour de scrutin. Condé a prêté serment pour son second mandat le 14 Décembre à 2015.